Bien preparer l"entree en retraite
Accès direct à l'EDITO On en parle dans la presse Découvrez notre page Facebook Découvrez notre page Twitter Un accompagement, un soutien, une écoute.
Mon parent peut-il exprimer son désir d'entrer ou pas en maison de retraite ?_________

Ce n’est pas parce qu’une personne est âgée et qu’elle souffre de déficiences motrices, visuelles, auditives qu’elle devient incapable de gérer sa vie (voir l’article Dépendance). Elle demeure un citoyen à part entière qui doit décider pour lui-même de l’endroit où il réside.

Plus délicat est le cas des vieilles personnes souffrant de maladies d’Alzheimer ou troubles apparentés, ou d’autres dégénérescences neurologiques ou bien encore de troubles psychiatriques qui affectent la capacité de penser et de raisonner. Dans ces cas, la famille est contrainte de réfléchir en quelque sorte à la place du parent en difficulté, en tenant compte de ses troubles, mais aussi de ce qu’elle exprime.
En effet, lorsqu’une personne perd ses facultés d’élocution, qu’elle est confuse, désorientée, son ressenti émotionnel demeure intacte voire s’aiguise: elle éprouve de l’angoisse, de la peine, de la joie, du désir, parfois même plus qu’avant. Elle exprime alors ses états d’être par des comportements, des mimiques, des gestes, des cris ou des sons. Il est important d’être à l’écoute de ces manifestations qui donnent une indication sur ce que votre parent ressent, afin de s’ajuster et de le soutenir.
C’est, bien sûr, d’autant plus le cas dans toute la période d’avant l’entrée en établissement, où il perçoit votre inquiétude, votre épuisement, mais aussi entend les conversations que vous avez devant lui à son sujet.